_MG_8415.jpg

kap    pour    l'aRDÈCHE

Résidence artistique - août 2019

Élie Gauthier - Florian Martins - Gaspard Fougeroux

Alma Lorenz - Nicolas Scardoni - Thelma Guy-Grand

Thalia Moore - Clément Bellanger - Aurèle Grima

Victor Lopez - Samuel Zbynovsky - Manon Cauquil

Léo Faure 

Pour cette deuxième édition estivale, le collectif KAP s’est installé dans les vallées ardéchoises afin de se réunir et de réfléchir ensemble à de nouveaux projets. 

 

Lors de cette nouvelle résidence artistique, nous souhaitions travailler sur les questions de forme autour de différents  media comme le son, la vidéo, le volume, l’écriture et le dessin.

 

Thème choisi : Animer l’Inanimé.

 

Objet d’étude : Une matière inerte nommée X qui, au contact d’un être vivant, se transforme. 

 

X sera donc une matière inanimée lorsqu’elle est isolée. Elle peut être perçue par les êtres vivants via un sens, un sens seulement, à la rencontre de l’ouïe, la vue et le toucher. Elle peut se développer sur le corps, l’envelopper, et même influencer son hôte en lui inspirant certains gestes : ainsi, cette matière au premier abord inanimée, prend vie au contact du corps. Elle se complexifie, aussi : plus nous l’écoutons, plus le son est riche. L’angle que nous avons choisi est une étude « scientifique » : nous avons construit cette recherche plastique en nous basant sur nos observations précédentes, et sur celles d’autres chercheurs.

 

​A partir de ce postulat, 5 projets ont été mis en place : une chorégraphie performative en interaction avec un labo de son, une recherche d’écriture et de dessin, un travail de sculpture et de dessin, une écriture de fiction avec une étude des plantes et un reportage vidéo.

Forme X :

Ce projet est une étude de la forme de X tentant de la représenter à travers des réalisations sculpturales.

 

Il vise à déterminer le processus d’évolution formelle de X en se basant sur les données récupérées et analysées par les autres projets.

 

A partir de ces données, Manon  réalise une série de sculptures qui témoignent de  l’évolution de sa forme, de sa composition et de sa structure.

temoignage x :

Ce projet est une recherche d’écriture et de graphisme autour de l’héritage de X et de son rapport à l’hôte. Alma y associe de vieilles diapositives à des témoignages d’hôtes au contact de X. Elle en tire ainsi un décalque de la silhouette du personnage qu’elle cherche ensuite à inclure dans sa composition graphique.

 

À partir de témoignages écrits des hôtes au contact de X, Alma travaille sur la modification d’images d’archives des hôtes grâce à des diapositives. La ligne de la silhouette est habitée par une matière, représentant X et qui permet de s'en faire une représentation et de donner du relief à cette silhouette.

Grâce à ces dessins, nous enquêtons sur l’importance de l’expérience de la présence de X pour l’hôte et les conséquences de cette cohabitation sur l’hôte.

Perception X :

LE S.T.A.C.T : Étude du rapport entre le son et le geste afin de percevoir X. 

 

Ce projet à pour point de départ la sensation du toucher.

Après une série d’expériences sensorielles, Thelma Guy-Grand déduit le contact avec X et le mime, lui accordant une présence. De ce contact naît le son, induit par l’interaction avec  X. En étudiant différents hôtes et différents objets supports nous pouvons déterminer la forme de X afin d’établir une constante dans sa manière de se manifester.

En captant les vibrations produites dans la matière, dites perceptions solidiennes, Nicolas Scardoni, Clément Bellanger et Aurèle Grima se chargent de produire une perception audible pour tous en la transformant en son, sous forme de perception aérienne.

A partir des sons produits, cette équipe vise une rencontre avec X, similaire à "Rencontre du Troisième type" (de Spielberg, pour ceux qui ne suivent pas, au fond). Thalia se charge de la modélisation des matières et de sa chorégraphie.